Philémon Le Bellégard : Syndrome de Stockholm

Syndrome de Stockholm
Philémon Le Bellégard

Editeur : Librinova (31 octobre 2016) (240 pages)

Genre : Thriller / Thriller psychologique / Roman noir

Enstenov Khalinek possède l’une des plus grosses fortunes au monde et ce qui ne gâche rien au personnage, est un érudit en matière d’art. Son péché mignon, la peinture.

Véritable mécène, il a l’art de la mise en scène quand il fait revenir sous les projecteurs le peintre Stendriëk Börgen. Entrée théâtrale du peintre dans la galerie qui abrite les 3 267 œuvres qu’il a peint dans le plus grand secret ces dix dernières années.

Ses toiles représentent des scènes de violences, des visages torturés, des massacrées et la couleur rouge y est omniprésente.

La journaliste Anna James cherche à percer le mystère de ce nouveau pigment et son instinct la pousse à se rapprocher de l’intriguant peintre qui lui confirme l’impensable. Le sang est la matière première, l’essence même des magnifiques et envoûtantes toiles de l’auteur. Anna veut en savoir plus et à trop vouloir creuser, la journaliste se fait repérer et se fait enlever en toute discrétion par les hommes de mains de Khalinek. Anna apprend trop tard, qu’elle vient de se brûler les ailes ; que son existence a été rayée de la carte et qu’elle devra à présent se consacrer à rédiger la biographie de Börgen, la plus formidable histoire de la peinture contemporaine.

Extrait du livre d’Anna James

En aucune manière, il n’envisage ses actes comme ceux d’un tueur, d’un destructeur ou d’un exterminateur, car Stendriëk Börgen, à la différence des assassins, des terroristes et des despotes sanglants, est un Créateur au sens strict du terme. Alors que les criminels ne font que détruire la vie, Stendriëk la transforme, la transfigure, la transcende en Art. L’artiste qu’il est, ne se voit pas comme quelqu’un qui supprime la Vie mais comme quelqu’un qui la sublime à travers son Art, qui donne à chaque humain dont il utilise le sang, la chance de vivre une autre vie, un au-delà, une éternité.

Le trio enfermé dans un huis-clos pervers et étouffant, se livre à des révélations de plus en plus profondes et dérangeantes. Le syndrome de Stockholm fait son effet.  Magnificence de l’écriture, de la peinture et de la connaissance de ce qu’il y peut y avoir de pire chez l’être humain.

Quelles sont les limites acceptables pour un artiste ? Doit-on au nom de l’art tout accepter ?
Une très belle plume, un excellent thriller, une magnifique découverte. Je suis ravie !

 

About Val

View all Posts

Blogueuse, lectrice équipée d’un reader depuis plusieurs années. Grande fan de Science Fiction, de thriller, Valérie ne passe pas une journée sans ouvrir un livre. Et quand elle ne lit pas, ce qui est vraiment rare, Valérie adore aller au cinéma (voir des films SF), regarder des séries (principalement SF)…elle travaille aussi mais ça, c’est une autre histoire…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

3 × 3 =