Tony Perraut : Extraction – La naissance

Extraction – La naissance

Tony Perraut

Editeur : Amazon – Auto-Edition (24 février 2017) (312 pages)

Genre : Thriller / Thriller Psychologique

Le pitch est intriguant. On a envie tout de suite d’ouvrir le livre pour découvrir ce que va devenir Hugo, le narrateur de cette histoire.

Hugo est un scientifique canadien de 25 ans, veuf et abandonné à la naissance.

On ne sait pas grand chose de lui, sauf qu’il se réveille un matin, enfermé dans une cellule. Près de la porte, un sac de nourriture ainsi qu’un papier sur lequel figure le chiffre 25.

Ce chiffre pourrait correspondre à son âge, son numéro de cellule, mais Hugo est persuadé que c’est un décompte et qu’une fois arrivé à zéro, il se passera quelque chose.

Son exécution, probablement. Alors, pour ne pas sombrer dans la folie, il grave des citations sur les murs (parce qu’il a eu la chance d’avoir une lame de couteau dans un des sacs de nourriture). Il les prononce à haute voix pour ne pas sombrer dans la folie. Ses citations ouvrent d’ailleurs chaque nouveau chapitre. Elles peuvent à la fois refléter son amour/crainte des anges, s’adresser à sa mère/à lui ou se révéler philosophiques ‘’Aujourd’hui sera hier.’’ ‘’Ne cache plus tes larmes, mon cœur le sait déjà.’’ ‘’Je pose mon oreille contre la porte, j’entends la mort frapper.’’ Des citations que j’ai souvent adorées découvrir, sur lesquelles j’ai aimé m’arrêter le temps de la réflexion avant de retourner aux délires du pauvre Hugo, le reflet d’un esprit confus sûrement lié aux drogues que l’on mélange à sa nourriture.

Un matin, il entend des pleurs dans la cellule voisine…. Il n’est pas seul. Il n’est plus seul…Scarlett lui parle et son récit remet les compteurs à zéro quand à la santé mentale du narrateur :

Je t’ai croisé à plusieurs reprises, c’est l’air heureux mais le cœur déchiré qu’une après-midi tu étais là, à seulement quelques mètres de moi en train de signer des autographes pour ton dernier thriller dans une célèbre librairie d’un centre commercial. Je suis venue vers toi, tu m’as demandé ce que je voulais indiquer dans la première page. Je t’ai alors répondu :
–    Pour mon frère.
Je me souviens de ton sourire. Pendant un instant j’ai cru que tu avais remarqué mon grain de beauté mais non.
–    Mais Scarlett, c’était il y a trois ans cela, depuis je n’écris plus !
–    Oui Ugo trois ans.
–    Tu n’as pas essayé de me recontacter depuis ?
–    Si j’ai voulu mais le problème c’est que quelques semaines après, j’ai été enlevée et emportée ici…
–    Tu vas me dire que ça fait trois ans que tu es là ?
–    Bah oui Ugo mais toi aussi.

Tony Perraut nous offre un texte torturé, parfois décousu, maladroit, mais dont l’écriture peut claquer comme un coup de fouet, tout comme la narration issue des délires psychotiques du narrateur.

J’ai l’impression d’être parfois spectatrice du rêve de quelqu’un, d’un rêve sans queue ni tête où l’on est partout et nulle part à la fois, où les personnages se mélangent, ne font qu’un. C’est ce côté qui m’a charmé.

Là, où j’ai eu le plus de mal, c’est avec le style. Il y a encore quelques maladresses dans l’écriture…des phrases incompréhensibles ou encore un contenu qui me laisse perplexe. Par exemple Scarlett, prend un numéro de téléphone pour convenir d’un rendez-vous avec une personne et le lendemain, c’est elle qui reçoit un sms alors qu’elle n’a pas donné son numéro (sic).

Ce sont des petits détails comme cela qui me font décrocher de l’histoire et prendre de la distance par rapport à cette dernière. J’aurais aimé également que l’auteur donne plus d’importance au final car sans l’épilogue, je n’aurais pas eu toutes les clés pour la comprendre…c’est assez gênant…. un épilogue n’est pas fait pour expliquer, résumer, donner des informations complémentaires.

Un auteur somme toute à découvrir et à suivre car son écriture va mûrir et les points forts que l’on remarque sur la fin du livre laissent présager une maturité, une force qui ne demandent qu’à s’épanouir.

 

About Val

View all Posts

Blogueuse, lectrice équipée d’un reader depuis plusieurs années. Grande fan de Science Fiction, de thriller, Valérie ne passe pas une journée sans ouvrir un livre. Et quand elle ne lit pas, ce qui est vraiment rare, Valérie adore aller au cinéma (voir des films SF), regarder des séries (principalement SF)…elle travaille aussi mais ça, c’est une autre histoire…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

3 + deux =