D.J. Molles : Les survivants (Tome 1)

Les survivants (T. 1)
D.J. Molles

Traduction : Jean-Marc Ligny

Editeur : Panini (15 octobre 2014) (243 pages)

Genre : Science-fiction / Post-apocalyptique / Pandémie

Dès les premières pages, on peut penser à tort, que leprojet Hometown ressemble très fortement à une expérience militaire. Genre étude du comportement humain face à l’enfermement. Il n’en sera malheureusement rien.

Le capitaine Lee Harden est grassement payé pour répondre au pied levé à l’appel de ses supérieurs pour rejoindre son bunker de 100 m² où il est enfermé avec son chien Tango pendant de plus ou moins longues périodes.
C’est justement dans son bunker que l’on fait sa connaissance en ce 4 juillet. Il attend bien sagement l’appel quotidien de son agent de liaison qui doit s’entretenir avec lui pour faire le point sur son état et éventuellement lui donner le feu vert pour reprendre une vie normale. Pour passer le temps, Lee a la télévision, Internet, des livres, des jeux…. S’il y avait des fenêtres avec vue sur la mer, on pourrait le croire en vacances dans un palace. Mais non, Lee attend….

Scellez les portes, avaient-ils dit. Vous recevrez par Frank d’autres informations durant vos périodes de confinement. Si vous cessez de recevoir des communications du commandement, vous attendrez dans votre bunker sécurisé pendant trente jours à partir de la date de la dernière communication, avant de sortir pour entamer votre mission.

… Il est de plus en plus anxieux car depuis le 28 juin, les chaînes de télévision sont muettes, le site Internet CNN n’est même plus mis à jour.

A 12h00 précise, les 48 personnes enfermées dans leur bunker (un dans chaque état des Etats-Unis) devra ouvrir une boîte dans laquelle se trouve une clé USB contenant leur nouvelle mission. Ce que va découvrir Lee n’est pas des plus réjouissants. Le monde extérieur est en proie à une pandémie sans précédent. Il ne s’agit pas d’un virus, mais d’une bactérie. Cette forme de peste se propage à toute vitesse. Les données scientifiques actuelles montrent que seulement 9 % de la population peut y survivre. La mission de Lee est de continuer à rester confiné et de faire surface dans 30 jours pour sauver ce qu’il reste de l’humanité, « refonder un gouvernement stable et centralisé« .

D.J. Molles a fait du bon boulot. Ce premier tome a un rythme soutenu, une écriture fluide et un récit qui ne part pas dans tous les sens. L’histoire, tient à peu près la route avec les clichés qui vont avec (c’est américain ne l’oublions pas)…. J’imagine mal un mec venir vers moi et me dire qu’il doit reconstruire le monde, que c’est sa mission !

Bon, on ne va pas se mentir, ce n’est pas Le livre post-apo du siècle, mais moi, il n’y a rien à faire, j’adore ce genre de littérature alors je suis la cliente parfaite 🙂

About Val

View all Posts

Blogueuse, lectrice équipée d'un reader depuis plusieurs années. Grande fan de Science Fiction, de thriller, Valérie ne passe pas une journée sans ouvrir un livre. Et quand elle ne lit pas, ce qui est vraiment rare, Valérie adore aller au cinéma (voir des films SF), regarder des séries (principalement SF)...elle travaille aussi mais ça, c'est une autre histoire...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

dix-huit − 14 =