Marc Elsberg : Black out (Demain il sera trop tard)

black out demain il sera trop tard marc elsbergBlack out (Demain il sera trop tard)

Marc Elsberg

Editeur : PIRANHA (5 mai 2015) (480 pages)

Genre : Post-apocalyptique / Anticipation / Techno-thriller

Dans le monde hyper connecté dans lequel nous vivons, il est inimaginable de ne plus avoir accès au courant électrique. Toute notre vie dépend à présent de cette énergie.
Quand on a vécu une panne de courant d’un jour ou deux, suite à une tempête, on imagine bien tous les désordres et dégâts que peuvent apporter ce type de panne à grande échelle. Plus de feux de signalisation, personnes coincées dans les ascenseurs, dans les transports en commun loin de chez eux…Fermez les yeux cinq minutes, et projetez-vous dans un monde sans électricité. C’est à cet exercice que s’est rompu Marc Elsberg avec Black Out.

Une coupure d’électricité de grande ampleur touche pratiquement au même moment la presque totalité de l’Europe. Au début, les générateurs (quand il y en a) prennent le relais dans les lieux publics, les bougies chez les particuliers font leur grand retour. Le lecteur suit en Europe un nombre impressionnant de personnages confrontés au manque d’énergie. Je vous conseille d’ailleurs de vous munir d’un papier crayon pour les noter et vous y retrouver.
Un peu partout en Europe, c’est réunion de crise. Les dirigeants sont complètements perdus et n’ont aucune idée de l’origine de la panne. Le réseau électrique de distribution / répartition est tellement complexe qu’il est difficile pour eux d’imaginer le pire. Tout simplement qu’une manipulation humaine des réseaux ait pu conduire à la coupure.
Acte de terrorisme à grande échelle, mise à bas toute l’Europe en la paralysant n’est pas sans conséquence sur la population et à plus grande échelle sur toute une économie.

Combien d’argent liquide avez-vous encore. La rupture du circuit monétaire aura d’énormes conséquences sur l’économie. Les entreprises ne pourront plus payer les salaires, les marchandises ni les fournisseurs. Les bourses sont bien équipées, de même que la Banque centrale européenne et les organisations de clearing, par lesquelles s’effectuent les transactions financières…Il faudra compter avec un brutal effondrement des cours. Probablement, elles fermeront plus tôt. Dès que l’annonce d’une attaque ciblée sera connue à l’extérieur, les bourses du monde entier connaîtront un bain de sang.

En Italie, Manzano (quinqua, anarchiste et ex hacker) va très rapidement comprendre ce qui cloche. Sa découverte est effrayante de simplicité. Je ne me sens d’ailleurs plus dans un livre de fiction mais plus dans un manifeste dédié à la sensibilisation de la sécurisation des données. Dès les premières pages, il comprend que le problème tient à une nouvelle génération de compteurs électriques….Et qu’il n’est pas plus difficile que ça de les pirater…

Ils ont examiné les protocoles d’accès à Internet de leur pare-feu et trouvé que, depuis presque dix-huit mois, des accès suspects avaient eu lieu sur les systèmes internes et les banques de données de l’entreprise. Les adresses IP des intrus proviennent d’Ukraine, de Malte et d’Afrique du Sud. De cette manière, ils sont probablement arrivés aux données d’accès des compteurs. En outre, les routeurs ont été reconfigurés de telle façon que les codes puissent se diffuser sur tout le réseau.

Là où William R. Forstchen dans Une seconde après s’attachait au devenir de l’humain après une attaque IEM, Marc Elsberg est plus dans la technique, le politique, la réflexion et les protocoles de sécurité. C’est une vision complémentaire. On est légèrement moins dans le romanesque (quoique, il y a encore une fois une romance inutile). Il s’attache avec une grande minutie à mettre en exergue les failles de nos systèmes modernes et démontre à quel point nous sommes dépendants et impuissants.

 


Logo-DecitreEnvie de l’acheter ? Vous le trouverez chez ces différents partenaires…


About Val

View all Posts

Blogueuse, lectrice équipée d'un reader depuis plusieurs années. Grande fan de Science Fiction, de thriller, Valérie ne passe pas une journée sans ouvrir un livre. Et quand elle ne lit pas, ce qui est vraiment rare, Valérie adore aller au cinéma (voir des films SF), regarder des séries (principalement SF)...elle travaille aussi mais ça, c'est une autre histoire...

7 Comments on this post

  1. Intéressant. Une piqûre de rappel salutaire avant le « vrai » black-out ? 😉

    Lorhkan / Répondre

Laisser un commentaire