John Connolly : Le livre des choses perdues

le-livre-des-choses-perduesLe livre des choses perdues

John Connolly

Traduit de l’anglais par Pierre Brévignon
Éditeur : L’Archipel (347 pages)
Grand prix littéraire du web dans la catégorie Roman étranger
Grand prix de l’imaginaire 2010
Prix Imaginales 2010

—————–
Vous souvenez-vous de la peur que vous éprouviez tout petit à l’écoute de certains contes que l’on vous lisait le soir avant de dormir ? Cette peur, on l’appréhendait mais lové au creux des bras protecteurs, nous étions prêts à vivre par procuration ces histoires effrayantes.
Je ne sais pas pour vous, mais moi,  je n’ai pas eu droit aux versions affadies, où la grand-mère du petit chaperon rouge se cachait dans l’armoire. Mon loup à moi la croquait et attendait de dent ferme l’arrivée du petit chaperon.

John Connolly m’a fait revivre tout cela avec Le livre des choses perdues. Le personnage principal est un garçon de douze ans nommé David dont la mère vient de mourir du cancer. Quand son père se remarie peu de temps après et a un enfant avec sa nouvelle femme, David se sent trahi et se replie sur lui même.  Il se retire dans un monde où les livres et contes de fées ont la première place dans son coeur, tout comme au temps où sa maman lui racontait des histoires.

Un matin, David entend sa mère le presser de venir vite la sauver. Il se précipite vers le tronc d’arbre d’où vient la voix tant aimée, et se retrouve dans un autre monde.

Pour le lecteur, c’est à ce moment que les frontières entre fantaisie et réalité commencent à s’effacer pour déboucher sur un monde rempli de héros, de monstres, d’escrocs et d’un roi. Le roi justement, David doit absolument le retrouver car lui seul connait le chemin du retour.

Le livre des choses perdues est beau et sinistre à la fois…le danger rôde à chaque coin de pages. Les monstres sont vraiment horribles et les personnages qui jalonnent la route ne sont pas que des personnages de contes de fées. C’est un livre sur le chagrin et la perte. On suit les émotions de David comme un parcours initiatique tout en passant par les phases de culpabilité, d’acceptation, d’expérience, d’humilité, de croissance, de force, de courage et enfin de sagesse.

Un conte à lire adulte ou à confier à nos ados.
Merci à Ulike de m’avoir fait découvrir cet auteur.

Pour continuer cette promenade, les chroniques de Lili (qui n’a pas été aussi emballée que moi) , de Pimprenelle, de Catherine ou encore de Laure.


Logo-DecitreEnvie de le lire ? Vous le trouverez chez ces différents partenaires…


—————–
Présentation de l’éditeur
Il était une fois – car c’est ainsi que toutes les histoires devraient débuter – un garçon de 12 ans qui venait de perdre sa maman. Inconsolable, David a trouvé refuge dans les livres pour oublier le remariage de son père et la naissance de Georgie, son demi-frère. Une nuit, persuadé d’entendre sa mère l’appeler, David découvre un passage caché au fond du jardin. Il le franchit et se retrouve propulsé dans un monde fantastique, peuplé de personnages issus de ses lectures et de son imaginaire. Alors que la Seconde Guerre mondiale déferle sur l’Europe, David entame un périple à la recherche d’un vieux roi qui conserve ses secrets dans Le Livre des choses perdues, sésame qui permettrait au jeune garçon de quitter ce royaume. Mais le conseiller du souverain a pour lui d’autres desseins…

—————–
Présentation de l’auteur

John Connolly est né à Dublin en 1968. En sept romans, dont La Proie des ombres et L’Ange noir, cet ancien journaliste à l’Irish Times a imposé son style noir fantastique et poétique. Ce maître du thriller a su mettre son univers au service de ce roman onirique – hommage aux livres et à la lecture. Le Livre des choses perdues a été traduit dans 21 pays.

About Val

View all Posts

Blogueuse, lectrice équipée d'un reader depuis plusieurs années. Grande fan de Science Fiction, de thriller, Valérie ne passe pas une journée sans ouvrir un livre. Et quand elle ne lit pas, ce qui est vraiment rare, Valérie adore aller au cinéma (voir des films SF), regarder des séries (principalement SF)...elle travaille aussi mais ça, c'est une autre histoire...

0 Comments on this post

  1. J’ai L’ange noir dans ma PAL et j’ai noté celui-ci sur ma LAL mais malgré toutes ces tentations, je ne connais pas encore cet auteur… Apparemment, ça ne va pas durer ! 🙂

    Restling / Répondre
  2. J’ai adoré!!!! on m’avait conseillé aussi le visionage du labyrinthe de Pan qui était dans le même style… Ce film est beaucoup plus noir je préfére de loin ce livre qui donne une note optimiste.

    vhs / Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

1 × trois =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.