Neal Stephenson : Zodiac

Zodiac

Neal Stephenson

Traduit de l’américain par Jean-Pierre Pugi
Éditeur : Editions Gallimard – collection Folio SF (6 avril 2006) (401 pages)

—————–
Taylor, un chimiste employé par le groupe d’extrémistes environnementaux (GEE) refile des migraines aux pollueurs de Boston. Son travail est de “terroriser” les usines qui déversent des cochonneries dans le port. Son arme à lui, c’est la mauvaise publicité ou encore la méthode de l’arroseur arrosé. Il n’hésite pas par exemple à boucher les évacuations d'”eaux usées” avec du ciment pour créer des inondations pollueuses et pestilentielles à l’intérieur de l’usine en question.

Là où ca va se corser c’est le jour ou Sangamon Taylor découvre un grand nombre de PCB dans l’eau du port. Cet eco-guerrier va partir en guerre et va surtout devenir l’homme à abattre. Un peu comme dans un polar, la notion de complot est le fil conducteur de cette histoire.

Zodiac est un livre fort documenté du côté scientifique et technologique avec, ce qui ne gâche rien, une grande part d’humour et de sarcasme. J’ai quand même eu un peu de mal au début à savoir où Stephenson voulait m’emmener (même si rien que pour le narcissisme exacerbé du narrateur Zodiac vaut le détour).

Greenpeace en prend plein pour son grade ainsi que Le duo politico-industriel travaillant main dans la main vers plus de profit. Il est effrayant de voir que plus de 20 ans après sa sortie, les problèmes environnementaux abordés n’ont pas changé.


Logo-DecitreEnvie de le lire ? Vous le trouverez chez ces différents partenaires…


—————–
Présentation de l’éditeur

Boston est le théâtre d’une affaire pour le moins nauséabonde de crustacés empoisonnés, impliquant pêle-mêle la mafia locale, des adeptes de heavy metal satanistes et tout un tas de produits polluants peu recommandables, psychotropes ou non.
Heureusement, Sangamon Taylor, chimiste de génie au look grunge, écologiste engagé – pensez, il utilise un ordinateur dont les émanations sont un million de fois moins nocives que celles d’un appartement repeint de frais – est sur le coup. C’est à bord de son Zodiac et armé d’un chromatographe à cinq mille dollars qu’il lutte contre la délinquance pétrochimique.
Laissez-vous entraîner par l’auteur du monumental Cryptonomicon dans un thriller écologique rien moins que jubilatoire.
A lire : l’avis de Guillaume

 

—————–

Présentation de l’auteur
Neal Stephenson est un auteur de science-fiction qui s’est fait connaître dans les années 90 avec le roman Le Samouraï virtuel, dans lequel il s’intéresse aux sujets du virus informatique et de la mythologie sumérienne.

Le roman L’Âge de diamant (1995), se déroule quant à lui dans un univers néo-victorien et steampunk, où les nanotechnologies tiennent une place très importante. Cet ouvrage annonce assez clairement la fin du cyberpunk, et s’éloigne définitivement de la science-fiction traditionnelle. Cryptonomicon par exemple, qui s’inspire l’oeuvre de Georges Perec, met en place un univers très cohérent, qui ne se distingue du nôtre que par quelques “détails”.

De 2003 à 2004, Stephenson publie son “cycle baroque”, qui ouvre une réflexion sur la chronologie, tout en mêlant fantastique et aventures Dumasiennes.

Il a reçu des prix très prestigieux pour certaines de ses oeuvres, notamment les Prix Hugo et Arthur C. Clarke.

About Val

View all Posts

Blogueuse, lectrice équipée d'un reader depuis plusieurs années. Grande fan de Science Fiction, de thriller, Valérie ne passe pas une journée sans ouvrir un livre. Et quand elle ne lit pas, ce qui est vraiment rare, Valérie adore aller au cinéma (voir des films SF), regarder des séries (principalement SF)...elle travaille aussi mais ça, c'est une autre histoire...

12 Comments on this post

  1. J’avais bien apprécié que tous les acteurs de la petite sphère environnementaliste s’en prennent pour leur grade, y compris les industriels ou les biotechs vertes. Par contre le classement en SF de l’éditeur m’a un peu étonné, c’est plutôt un thriller à part entière pour moi ?

    Guillaume44 / Répondre
  2. J’avais bien apprécié que tous les acteurs de la petite sphère environnementaliste s’en prennent pour leur grade, y compris les industriels ou les biotechs vertes. Par contre le classement en SF de l’éditeur m’a un peu étonné, c’est plutôt un thriller à part entière pour moi ?

    Guillaume44 / Répondre
  3. Un roman Border Line entre polar et SF, dont le sujet est plus qu’intéressant.

    fersenette / Répondre
  4. Un roman Border Line entre polar et SF, dont le sujet est plus qu’intéressant.

    fersenette / Répondre
  5. @Guillaume et Fersenette : oui plus thriller que SF vous avez raison !

    Val / Répondre
  6. @Guillaume et Fersenette : oui plus thriller que SF vous avez raison !

    Val / Répondre
  7. Un roman dont je garde un excellent souvenir.
    De Stephenson, Panique à l’Université est encore plus accessible même si la critique plus qu’outrancière des universités vire au joyeux délire improbable.

    Efelle / Répondre
  8. Un roman dont je garde un excellent souvenir.
    De Stephenson, Panique à l’Université est encore plus accessible même si la critique plus qu’outrancière des universités vire au joyeux délire improbable.

    Efelle / Répondre
  9. Mes préférés restent pour l’instant l’âge de diamant et le Samouraï virtuel. Je me suis noté de lire aussi Panique à l’université.

    Val / Répondre
  10. Mes préférés restent pour l’instant l’âge de diamant et le Samouraï virtuel. Je me suis noté de lire aussi Panique à l’université.

    Val / Répondre
  11. En voilà deux qui sont aussi dans ma pile depuis un moment. Faut que je les lise !

    Efelle / Répondre
  12. En voilà deux qui sont aussi dans ma pile depuis un moment. Faut que je les lise !

    Efelle / Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

huit + quinze =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.