Pierre Bordage : Les derniers hommes

Les derniers hommes

Pierre Bordage

Éditeur : Editions J’ai Lu (mars 2005) (670 pages)
Genre : Science-Fiction / Post-apocalyptique
—————–

S’il est des histoires en Science Fiction que j’affectionne tout particulièrement, ce sont celles qui traitent de l’apocalypse et surtout celles qui nous racontent la façon dont l’homme va se relever après une catastrophe…

Dans ce monde d’après, où tout a été effacé, j’aime voir comment l’auteur imagine l’homme se reconstruire, reproduire ou rejeter tous les fondements de la société pour “repartir à zéro” et recréer “un monde meilleur”.

Cela n’engage que moi bien entendu, mais jusque là, le maître du genre c’est Ballard avec La Forêt de cristal, ou Le monde englouti

Mais Pierre Bordage n’est pas en reste.
Les derniers hommes excelle dans le genre.

L’Europe se remet tout doucement de la 3ème guerre mondiale qui n’a laissé qu’une terre dévastée, une eau empoisonnée et un air pollué.
Du côté des rescapés, il faut survivre malgré les attaques d’insectes génétiquement modifiés, des robots tueurs encore en service et surtout vivre avec des radiations qui continuent à faire des ravages.

Le lecteur va faire la connaissance du peuple des Aquariotes et partir en voyage avec lui.
Les Aquariotes détiennent l’eau et sillonnent toute l’Europe de l’Oural à la côte Atlantique à la recherche d’eau potable.
C’est très intéressant de voir que ces survivants rejettent tous les fondements de l’ancienne société (capitalisme, surconsommation, individualisme, “sédentarisme”…).
Ils rejettent l’ancien temps oui, mais reproduisent les schéma de leurs aînés. Et c’est là où ce roman est captivant. A l’heure du choix, l’homme est-il maître de ses propres décisions ou continue-t-il de suivre aveuglément celui ou ceux qui pensent détenir la vérité ?

Solman le boiteux est le “donneur” du peuple Aquariotes. Comme il est capable de lire dans les pensées et d’avoir des prémonitions il est invité à juger les querelles du groupe et à rétablir la vérité.
Mais qu’est-ce que la vérité face à l’ambition et l’aveuglement de l’homme ?
L’homme peut-il réellement changer ?
C’est la question que nous pose Pierre Bordage. Il nous propose une piste de réflexion…assez sombre et malheureusement trop réaliste.
Dans Les derniers hommes, on constate que rien ne change. L’homme est toujours envieux, vil et avide de pouvoir et de biens.
Sous des travers pessimistes, ce livre est un récit de très belle qualité.

Les avis de Craklou, Le Traqueur Stellaire et Tigger Lilly

 

[tab name=”DECITRE”]Logo-DecitreEnvie de le lire ? Vous le trouverez chez ces différents partenaires…[/tab]

[tab name=”FNAC.COM”]
Les derniers hommes


[/tab]

[tab name=”AMAZON”]
[/tab]
[end_tabset]

—————–
Présentation de l’éditeur
Le futur proche, après la troisième guerre mondiale. Dans une Europe dévastée par les pollutions chimiques, nucléaires et génétiques, les rares ressources intactes sont partagées par des tribus nomades qui ont pris chacune en charge l’exploitation d’une denrée spécifique. Solman le boiteux, du peuple aquariote – qui découvre et contrôle les sources d’eau -, possède le don de clairvoyance : infaillible juge des âmes, cet atout le confine aussi à l’écart de tous, qui se méfient de son talent. Seuls Raïma, la guérisseuse, puis la mystérieuse Kadija et un vieux scientifique de l’ancien monde vont l’accompagner dans sa quête pour échapper à l’apocalypse qui semble menacer les derniers hommes…

—————–
Présentation de l’auteur
Né en 1955 en Vendée, Pierre Bordage est l’auteur de plus de trente romans et recueils distingués par de nombreux prix (Grand Prix de l’Imaginaire, Prix Paul-Févai de littérature populaire, Prix Tour-Eiffel…). Ecrivain visionnaire et conteur hors pair, l’imaginaire trempé dans les mythologies, il est un des grands romanciers français contemporains.

About Val

View all Posts

Blogueuse, lectrice équipée d'un reader depuis plusieurs années. Grande fan de Science Fiction, de thriller, Valérie ne passe pas une journée sans ouvrir un livre. Et quand elle ne lit pas, ce qui est vraiment rare, Valérie adore aller au cinéma (voir des films SF), regarder des séries (principalement SF)...elle travaille aussi mais ça, c'est une autre histoire...

14 Comments on this post

  1. J’en ai lu pas mal de lui, mais celui-ci pas encore. Par contre, sur le thème de la fin du monde, j’ai fini Le Feu de Dieu il y a quelques semaines et j’ai beaucoup aimé. La critique est sur le Biblioblog. :)Sinon, je note, je note… Encore un qui va venir augmenter ma LAL 🙂

    Coeurdechene / Répondre
  2. C’est un très bon ouvrage de Bordage, il faut vraiment le conseiller car sa lecture est en effet riche de réflexions en matière de post-apocalypse ! J’ai particulièrement aimé la montée en puissance du roman alors que les Aquariotes se déchirent tout en voulant survivre face à un ennemi implacable. Oui, l’humanité tourne en rond, inlassablement, dans cet ouvrage au final très sombre, très pessimiste sur l’homme et ses sociétés.Et puis, ces insectes GM, brrr !PS: j’ai rajouté ton blog dans mes liens !

    Guillaume44 / Répondre
  3. @ coeurdechene : Un Bordage que j’ai hâte de commencer. Ta chronique est comme toujours de grande qualité !@Guillaume : Je frémis maintenant au moindre frottement d’ailes ;-)Comme tu le dis si bien, l’humanité tourne en rond. J’ai bien peur que Pierre Bordage ait fait preuve de réalisme en décrivant ce peuple.

    Val / Répondre
    • Pierre Bordage est sans doute mon auteur frane7ais faorvi mais je ne connaissais pas cette se9rie, je l’avoue.Ta chronique m’a donne9 envie de la lire, mais d’abord je dois lire la trilogie des guerriers du silence qui est dans ma PAL depuis un petit (euphe9misme…) moment !Ah et bonne ide9e ce challenge Star Wars summer. Malheureusement, je n’ai pas de SF dans le haut de ma PAL donc je ne tiendrai pas la distance face aux autres participants^^

      Mukesh / (in reply to Val) Répondre
  4. Personnellement j’ai un peu coincé sur la fin mais ai passé un bon moment dans l’ensemble.

    Efelle / Répondre
  5. Avec la crise économique, ce genre de roman est d’actualité. Les auteurs du genre tournent souvent autour du thème philosophique : l’homme est un loup pour l’homme. Ne resterait qu’une seule goûte d’eau sur Terre que l’on se batterait pour la boire. Alors que notre intérêt serait de la multiplier…Mais bon, je peux me tromper !;-)

    Pierre / Répondre
  6. C’est le premier livre de Bordage que j’ai eu l’occasion de lire (en 2001). Il m’a immédiatement converti à son style d’écriture ou plutôt de conte pour adultes. J’ai prêté ce livre à une trentaine de personnes qui ont (presque) toutes accroché.
    Avide de lecture, je me suis ensuite progressivement fait toute la bibliographie de Bordage, avec une préférence pour les livres que je juge dans la continuité historique de ces Derniers Hommes: trilogie des Anges de l’abymes, celle des guerriers du silence et Wang. J’aime cette continuité du monde entre les différents ouvrages pouvant être placés à différentes époques.

    Mathgon / Répondre
  7. @Marhgon ! merci pour ces références. Je me note pour mes prochaines sorties à la biblio la trilogie l’Ange de l’abyme et guerriers du silence et Wang

    Val / Répondre
    • Pour le Summer Star Wars, si tu lis le tome 1 des Guerriers du silence t’es dans le the8me ! En plus, il suifft de ne chroniquer qu’un seul ouvrage, ce n’est pas une course au chiffre, c’est e7a que j’aime bien sur les challenges du RSF Blog.

      Thomas / (in reply to Val) Répondre
  8. Je t’en prie Val. Sinon, en ce moment, je suis en train de finir la Trilogie Chromozone de Stephane Beauverger. Nous semblons avoir des gouts communs de lectures, à mettre également en note dans la liste de tes acquisitions futures 😉

    Mathgon / Répondre
    • Nous n’avons pas d’auteurs en commun dans nos top, mais je te rejnios malgre9 tout pour Bordage, que je de9couvre tout juste mais que j’adore (j’ai lu Wang, et j’ai Ceux qui sauront qui m’attend). Je te rejnios aussi pour Robert Charles Wilson, j’ai he2te de de9couvrir d’autre de ses livres (j’ai lu Les fils du vent pour le moment). Et un jour, j’ai bien l’intention de lire Gagner la guerre de Jaworski apre8s avoir adore9 Janua Vera.

Répondre à Roque Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.