Peter Robinson : Tous comptes faits

Tous comptes faits

Peter Robinson

traduit de l’anglais par Henri Yvinec
Editeur : Le Livre de Poche

Sélection du Prix des lecteurs du Livre de Poche 2009 : juin

Argh !! qu’il est dommage de suivre la vie des héros récurrents d’une série dans le désordre. Je dois avouer que cela m’a un peu déboussolé au début de ne pas retrouver mes marques.

L’inspecteur Banks est quand même là, fidèle à lui même. Cette fois-ci, c’est dans le milieu de la finance que nous le retrouvons. Keith Rothwell est sauvagement assassiné. Banks découvre sur les lieux le corps agenouillé, la tête explosée par un méchant coup de fusil de chasse. Ce comptable là  s’est frotté à un milieu plus fort que lui et ses comptes n’étaient pas aussi parfaits et transparents qu’il le laissait entendre. Ça pue le règlement de compte…

Tous comptes faits est une enquête où Peter Robinson nous balade sans scrupule. Une promenade bien molle d’ailleurs pour un tel auteur. Atteindre les dernières pages est une récompense pour le lecteur qui aura su se montrer patient car la fin n’est pas mal en regard de tout le reste. Vous l’aurez compris, inutile de s’étendre quand il n’y a pas grand chose à dire…

Un autre article sur Tous comptes faits : l’avis de Plumesquale (plus enjoué que le mien)

 


Logo-DecitreEnvie de le lire ? Vous le trouverez chez ces différents partenaires…


—————–
Présentation de l’éditeur
Keith Rothwell, comptable de son état, est sauvagement assassiné. Ce sont sa femme et sa fille qui découvrent son corps décapité, dans leur demeure du Yorkshire. ” Qui pouvait en vouloir à cet homme, apparemment sans histoires ? ” se demande, perplexe, l’inspecteur Banks, chargé de l’enquête. Au fil de ses recherches, il va découvrir que, derrière la façade de respectabilité de Rothwell, se cache une franche crapule, expert, notamment, dans le blanchiment d’argent. L’affaire prend alors une tout autre tournure…
—————–
Présentation de l’auteur
Auteur canadien d’origine anglaise, Peter Robinson est né en 1950 dans le Yorkshire. Il commence une carrière d’enseignant puis publie, à partir de 1987, les premières enquêtes de l’inspecteur Alan Banks. En 2000, c’est la consécration : Saison sèche obtient le prestigieux Anthony Award et, en France, le Grand Prix de littérature policière. Tout en continuant à publier de nombreux thrillers, Peter Robinson enseigne également l’art de l’écriture de romans policiers.

About Val

View all Posts

Blogueuse, lectrice équipée d'un reader depuis plusieurs années. Grande fan de Science Fiction, de thriller, Valérie ne passe pas une journée sans ouvrir un livre. Et quand elle ne lit pas, ce qui est vraiment rare, Valérie adore aller au cinéma (voir des films SF), regarder des séries (principalement SF)...elle travaille aussi mais ça, c'est une autre histoire...

0 Comments on this post

  1. Je ne connais pas (encore) Peter Robinson… Et tu n’as pas l’air très emballée par ce livre-ci…
    Mais je suis bien d’accord avec toi, qu’est-ce que c’est ch**** de ne pas lire les aventures d’un héros récurrent dans l’ordre !!!

    Restling / Répondre
  2. J’avais lu l’Amie du diable écrit plus récemment et de meilleure facture.

    Nous donner à lire des livres sans tenir compte des séries précédentes aura été le grand défaut des organisateurs du prix du livre de poche 🙁

    valunivers / Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

3 × 3 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.