Bernard Werber : Le papillon des étoiles

Le papillon des étoiles

Bernard Werber

Éditeur : Editions Albin Michel (4 octobre 2006) (340 pages)
Genre : Science-Fiction / fantasy

—————–

Le plus beau des rêves : Batir ailleurs une nouvelle humanité qui ne fasse plus les mêmes erreurs. Le plus beau des projets : Construire un vaisseau spatial de 32 km de long propulsé par la lumière et capable de faire voyager cette humanité pendant plus de 1000 ans dans les étoiles. La plus folle des ambitions : Réunir des pionniers idéalistes qui arrivent enfin à vivre ensemble en harmonie. Et au final la plus grande des surprises…
—————–
Et si l’homme avait la chance de repartir à zéro ? ce serait forcément vers les étoiles que ses espoirs se tourneraient non ? c’est le rêve fou d’Yves Kramer, jeune ingénieur. Il va concevoir un gigantesque voilier solaire capable d’emporter 144 000 personnes. Cette génération “zéro” doit être saine d’esprit, ni droguée ni alcoolique, athée, apolitique et antimilitariste. elle doit avoir un brin de sensibilité écologique et idéaliste sans être fanatique.

Après une 150aine de pages d’explications scientifiques sur l’appareil, les difficultés à monter le projet, on se dit que le côté principal du roman, va être balayé en moins d’une centaine de pages. Malheureusement, c’est ce qui va se passer.
Après de multiples raccourcis et pirouettes en tout genre, il nous reste très peu de pages pour développer une approche sociologique du groupe. L’homme est-il naturellement agressif, dépressif, jaloux, possessif ? Que se passe-t-il quand “le loft” contient plus de 144 000 personnes ???.
Je ne vous dévoilerai pas la fin …vous la devinerez facilement tellement les ficelles sont grosses. Dommage. L’idée était magnifique ! Bernard Werber a un talent fou pour nous mettre en empathie avec une multitude de personnages. J’aurai aimé rester avec eux bien plus longtemps.
Une bonne trilogie, ce n’était quand même pas abusé quand on doit parler d’un voyage de 1000 ans non ? 😉
Par contre, il faut absolument, Monsieur Werber, s’entourer de scientifiques et surtout les écouter. Le rêve ne suffit pas. Toutes les pages de démonstration, étapes de la construction, le décollage et enfin le vol doivent répondre à des lois simples de la physique et de l’astrophysique et je ne sais quoi encore. Ah ce décollage … franchement comique tant il est ridicule et irréaliste, même pour une archi-super-nullos en science comme moi. C’est pas parce qu’on aime la SF qu’on est prêt à avaler n’importe quoi !

A voir pour sa beauté un site inspiré par “Le Papillon des Etoiles”. On y voit les différentes étapes de construction.

Encore une chose : dès le début je n’ai pu m’empêcher de comparer la trame de l’histoire à une vrai chef d’œuvre Le cycle Rama qui est pour moi la meilleure oeuvre d’Arthur C. Clarke.

 


Logo-DecitreEnvie de le lire ? Vous le trouverez chez ces différents partenaires…


About Val

View all Posts

Blogueuse, lectrice équipée d'un reader depuis plusieurs années. Grande fan de Science Fiction, de thriller, Valérie ne passe pas une journée sans ouvrir un livre. Et quand elle ne lit pas, ce qui est vraiment rare, Valérie adore aller au cinéma (voir des films SF), regarder des séries (principalement SF)...elle travaille aussi mais ça, c'est une autre histoire...

0 Comments on this post

  1. Merci d’avoir ajouté un lien vers un site présentant des images du papillon des étoiles.J’ai adoré ce livre !

    http://baobabcity.over-blog.com/ / Répondre
  2. Oh vraiment de rien ! Ce fut avec plaisir…le site et les images sont vraiment magnifique.

    Val / Répondre
  3. Lu chez Restling : “Werber est super décevant depuis les thanatonautes non ?”
    Les Thanatonautes inclus ou non? Parce qu’il s’agit là du seul et unique roman que j’aie lu de lui et je n’ai vraiment aimé.
    Selon toi, ai-je vraiment manqué quelque chose de génial en ne lisant pas Les fourmis?

    Reka / Répondre
    • J’ai bien aimé les fourmis. Depuis je les observe avec un autre regard.
      Mais j’ai largement préféré les Thanatonautes. C’est après cette série que Werber a, à mon avis, perdu sa muse.

      valunivers / (in reply to Reka) Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

20 − neuf =