Steven Hall : Et dormir dans l’oubli comme un requin dans l’onde

Et dormir dans l’oubli comme un requin dans l’onde
Steven Hall

Traduit de l’anglais par Pierre Guglielmina
Éditeur : Robert Laffont
—————–

Merci à Restling pour ce livre voyageur. Lors du déménagement, je l’avais classé dans une mauvaise pile…. Je ne l’ai retrouvé que la semaine dernière. La machine s’est un peu enrayée mais le requin reprendra sa nage vers son nouveau propriétaire dès lundi.
C’est un des livres les plus étranges que j’ai lu cette année. Il va être très difficile d’en parler sans faire du spoiler mais je vais essayer.

Eric Sanderson, se réveille un matin dans une pièce inconnue. Il ne souvient plus de rien, ne sait plus qui il est. Près de lui, un post-it avec un nom et un numéro de téléphone. La directive est simple : Appelle de suite docteur Randle qui t’expliquera tout. Selon le docteur, qui est en fait un psy, Eric est atteint de fugue dissociative.
Il est incapable de se souvenir de son passé et souffre de confusion sur son identité personnelle.

Cette perte de mémoire, causée par le décès de sa fiancée, conduira Eric à entrer dans un monde terrifiant et passionnant pour se reconstruire. Inconsciemment, il cherche à rattraper ces morceaux de vie perdues et cheminer sur le sentier de déculpabilisation, pour guérir.
Comme tout est symbolique dans ce roman, un puissant poisson conceptuel (le requin de la couverture) nage dans les courants de l’âme humaine. C’est un dévoreur de mémoire qui pour survivre, doit se concentrer sur un individu spécifique. Il n’a de cesse de poursuivre sa malheureuse victime jusqu’à aspirer l’essence même de l’être humain : sa capacité à se souvenir.

Comme vous l’aurez remarqué sur la couverture, le requin est dessiné avec des lettres. Ici, la lettre, le mot, la phrase ont une place prépondérante dans ce livre. Il faut sans cesse fuir, se protéger, se cacher de cet avaleur de signes.

Et dormir dans l’oubli comme un requin dans l’onde est un roman intelligent, surréaliste, imaginatif et unique ! Pour un premier roman je suis bluffée et j’en redemande 🙂

 


Logo-DecitreEnvie de le lire ? Vous le trouverez chez ces différents partenaires…


—————–
Présentation de l’éditeur

Eric Sanderson se réveille un matin dans une maison qu il ne connaît pas, complètement amnésique. Il trouve sur la table une lettre dans laquelle son ancien moi lui demande d entrer au plus vite en contact avec une psychiatre. Celle-ci lui apprend que depuis la mort accidentelle de sa fiancée, Clio Aames, il a sombré dans une profonde dépression, et a connu onze épisodes dissociatifs. Mais bientôt, une série de lettres, d indices et de textes codés qu il s est lui-même envoyés l aide à reconstituer l histoire véritable de son passé. Il découvre qu un requin conceptuel, qui vit dans les eaux troubles de la pensée les flux de lettres, de mots, de communications humaines qui ont acquis une texture vivante , le traque et dévore ses souvenirs. C est en voulant modifier le passé, pour ramener celle qu il a aimée à la vie, qu il a accidentellement libéré ce monstre de pensée, et s est condamné lui-même. Il part alors à la recherche de Trey Fidourous, un docteur du langage, le seul à pouvoir le sauver d un anéantissement progressif. Le monde du langage acquiert ainsi dans le récit une vie propre, et constitue un monde parallèle, puissant et effrayant, au sein duquel le héros va devoir s enfoncer pour recouvrer la vie, et la femme qu il a perdues. Ce roman moderne, poétique, jubilatoire est construit comme un puzzle onirique, au suspense très efficace. C est aussi une subtile réflexion sur les dangereuses propriétés du langage, la fragilité de nos identités et de la mémoire : jeux typographiques, messages mystérieux, fragments d encyclopédie imaginaire y forment un jeu de piste fascinant. Sondant la perte, l’amour et le deuil impossible, Steven Hall reprend magnifiquement le mythe d Orphée et d Eurydice.

—————–

Présentation de l’auteur
Steven Hall est né dans le Derbyshire (Grande-Bretagne) en 1975 et vit à Hull. Il a étudié les Beaux-Arts à l université Sheffield Hallam. Et dormir dans l’oubli comme un requin dans l’onde (titre inspiré d’un poème de Baudelaire) est son premier roman.

About Val

View all Posts

Blogueuse, lectrice équipée d'un reader depuis plusieurs années. Grande fan de Science Fiction, de thriller, Valérie ne passe pas une journée sans ouvrir un livre. Et quand elle ne lit pas, ce qui est vraiment rare, Valérie adore aller au cinéma (voir des films SF), regarder des séries (principalement SF)...elle travaille aussi mais ça, c'est une autre histoire...

4 Comments on this post

  1. Je suis ravie qu’il t’ait plu. Mais il est vrai qu’il n’est pas très simple d’en parler car il a une forme et une histoire un peu particulière…

    Restling / Répondre
  2. Je suis ravie qu’il t’ait plu. Mais il est vrai qu’il n’est pas très simple d’en parler car il a une forme et une histoire un peu particulière…

    Restling / Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

4 × 1 =