Hal Duncan : Evadés de l’enfer !

Evadés de l’enfer !

Hal Duncan

Illustration : Daylon & Lasth
Traducteur : Florence Dolisi
Éditeur : Editions Gallimard (28 octobre 2010) Collection Folio SF (215 pages)

« C’est impossible. Ceci n’est pas réel. Devant lui, l’île est toute proche à présent, tellement proche qu’il y distingue les gardes en uniforme gris postés devant un bâtiment de briques rouges…tellement proche que le jeune homme comprend enfin les caractères …Quand il a voulu déchiffrer cette phrase de loin, il a senti la panique l’envahir, certain pendant quelques instants d’avoir sous les yeux le slogan : “Arbeit macht frei”. Plus possible de se tromper, désormais. Tandis que le ferry s’introduit dans le port où résonne le cliquetis des mécanismes et des chaînes en action, tandis que les battants de fer se rabattent lentement puis se referment avec un boum grave, Matthew découvre un message tout aussi terrifiant : Abandonnez tout espoir.

Eli, Belle, Matthew et Seven ne se connaissent pas. Leur seul point commun est d’avoir connu la même nuit une mort violente. “Un assassin, une fornicatrice, un sodomite et un suicidé ! Damnés ! Condamnées ! Déviants !” Tous les quatre sont condamnés et réunis sur un bateau en partance pour l’enfer qui se situe sur une île qui ressemble fortement à l’île de Manhattan mais en beaucoup plus sécurisé. Des gardes à perte de vue, des hélicoptères à l’affut du moindre trouble-fête  et comme pour rappeler l’horreur des camps de concentration, des files infinies ponctues le tri des damnés.

Chacun sera enfermé pour l’éternité reproduisant son enfer personnel puissance mille. Seven, le tueur à gages, subit tortures physiques et psychologiques. Le but est d’arriver à le briser, pour en faire un tortionnaire d’élite. Belle, la prostituée, est obligée pour l’éternité d’offrir ses charmes et se noie dans l’oubli de la came. Matthew, enfermé dans un hôpital pour y recevoir des soins, c’est à dire lui faire oublier ses déviances avec “la thérapie par aversion”. Et enfin Eli, clochard suicidaire est un “non-visible”. Il fait parti des oubliés.
Tout ce petit monde va se réveiller, le jour où Seven, décidera de reprendre les choses en main et de s’évader en emportant sur sa route les trois autres paumés.

Je dois dire que dès le début de ma lecture, j’étais très enthousiaste. Un style incisif, des phrases courtes et des situations qui s’enchaînent sans me laisser le temps de reprendre mon souffle. Il y a même dans ces terribles moments des passages ironiques et bien pensés.

Et puis, malgré un rythme toujours aussi intense, j’ai fini par me lasser, par m’ennuyer…Quoique, la critique de la religion chrétienne est encore ce qu’il y a de mieux dans ce livre et les châtiments bien plus sadiques et cruels que je n’aurai pu imaginer. Si vous l’avez sous la main, il ne faut quand même pas passer à côté. Les avis sont très partagés. Le fait d’avoir lu ce livre en plusieurs temps n’a pas aidé non plus. Un conseil, ouvrez-le quand vous avez un peu de temps devant vous et ne le lâchez qu’à la dernière page.

A lire les avis du Cercle :  Calenwen, Endea,Guillaume, Kactusss, Lelf, Spocky

Présentation de l’éditeur
—————–
Eli est un clochard, brisé, au bout du rouleau, Belle une prostituée qui cherche à fuir son mac. Matthew est un jeune homosexuel, Seven un tueur à gages sans pitié. Ils ne se connaissent pas mais se retrouvent ensemble sur le même bateau… en partance pour l’Enfer. Un Enfer un peu particulier, qui pourrait être New York mais n’en est qu’une copie… franchement décalée. Tous quatre, armés de leurs seuls soucis et accompagnés par un étrange personnage, n’ont plus alors qu’une idée en tête : trouver un moyen de s’évader. Après le monumental Livre de toutes les heures (Vélum et Encre, parus dans la collection Lunes d’encre aux Editions Denoël), Hal Duncan offre avec Evadés de l’Enfer ! un court roman explosif qui confirme tout son talent.

About Val

View all Posts

Blogueuse, lectrice équipée d'un reader depuis plusieurs années. Grande fan de Science Fiction, de thriller, Valérie ne passe pas une journée sans ouvrir un livre. Et quand elle ne lit pas, ce qui est vraiment rare, Valérie adore aller au cinéma (voir des films SF), regarder des séries (principalement SF)...elle travaille aussi mais ça, c'est une autre histoire...

6 Comments on this post

  1. Bon la lecture suivante du Cercle a l’air mieux.

    Guillaume44 / Répondre
  2. Reçu et lu, mais pas chroniqué : si j’ai bien aimé le début, les cent dernières pages m’ont lassée, et la fin m’a laissée… sur ma faim.

    Neph / Répondre
  3. Personnellement j’aurais pu me passer de ce livre mais j’avoue que c’est toujours intéressant de découvrir aussi des recueils qui n’ont rien à voir avec ce qu’on lit habituellement. Enfin je ressors surtout de cette lecture … le côté convivial et instructif de la découverte commune ^^
    Suite en Mars 🙂

    endea / Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

treize − dix =